Conférence de Thierry Collaud, le 18 juin, à Penthalaz

Le 18 juin, à Penthalaz, le groupe des visiteurs bénévoles de la Région propose une soirée pour approcher les réalités de la maladie d’Alzheimer.

C’est à la suite de visites auprès de nos aînés, et de contacts avec leur famille, qu’est née l’idée de cette soirée. Nous avons partagé en groupe des moments forts ou difficiles rencontrés lors de visites, et comme la demande était là d’en savoir un peu plus sur cette maladie, nous avons décidé de demander au Dr Thierry Collaud, médecin, éthicien et chargé de cours à l’université de Fribourg, de venir nous en parler ; et d’ouvrir cette soirée à un cercle plus large que notre groupe. Ce sera l’occasion ainsi de faire connaître un peu de nos activités.

Thierry Collaud a intitulé sa conférence : « Regards sur la maladie d’Alzheimer. Comment accompagner ? ». En effet, combien d’entre nous sont confrontés à cette maladie dans notre famille ou le cercle de nos proches ? Si notre espérance de vie a augmenté, bien souvent la courbe de l’espérance de vie en bonne santé n’a pas suivi… et rudes sont les réalités à affronter alors. Nous avons à laisser ce qui n’est plus, il y a tant de pertes auxquelles la maladie nous oblige. Et c’est douloureux. Et en même temps il y a un autre présent, nous avons à renaître à ce qui est, là, dans cette nouvelle situation.

Comme le dit Claude Couturier, atteinte d’Alzheimer, dans son livre Puzzle : « Le passé nous échappe ?… laissez-nous vivre notre présent pas à pas et aidez-nous à construire des projets à notre portée (qui ne nous mettent pas en échec et ne soient pas de trop longue haleine)… et à les réaliser sans exiger que tout soit aussi parfait qu’avant. Nous réagissons différemment, mais nous avons toujours des émotions et des sentiments, et même une spiritualité, qui nous rendent aussi sensibles et aussi humains que le reste du monde. »

Nous le savons, mais combien c’est difficile souvent de le mettre en pratique.
Il y a ce que vit la personne malade, il y a ce que vivent les proches, tout cela dans un lieu, et une société, la nôtre, où sont mis en avant la jeunesse, la performance et la rentabilité. Comment se permettre de vivre alors là où nous entraîne la maladie ?
Nous avons besoin les uns des autres : la maladie nous révèle cette vérité d’une manière douloureuse.

Dans mon ministère en EMS, et dans le groupe des visiteurs bénévoles, je constate la force du partage : être présent, écouter, parler. Pas n’importe comment, il y a des formations qui entraînent à une écoute active et respectueuse des personnes rencontrées. Dans les visites, la dignité fondamentale de toute personne peut s’éprouver, dignité qui n’est pas enlevée par la maladie ou le handicap. Et ces visites peuvent être des moments de grâce où se dit une manière d’être au monde différente d’avant.

Pour continuer la réflexion et le partage, venez le mardi 18 juin, dès 19h, au centre communal du Verger, à Penthalaz. Cette conférence sera suivie d’un moment d’échange, modéré par le pasteur Luc Badoux.

Isabelle Léchot, pasteure, aumônier EMS